Potentiels de la ville de Yabassi

Chef-lieu du département du Nkam, la ville de Yabassi compte environ 30 000 habitants. Longeant la côte de la province du Littoral, cette ville camerounaise est séparée en deux par le fameux pont du Nkam qui se trouve au milieu du centre-ville administratif et du vieux quartier de Ndokbele. Les secteurs intéressants de la ville tournent autour de l’agriculture et du tourisme qui sont les facteurs de développement de son économie.

Les principales attractions dans la ville de Yabassi

Ville administrative du Cameroun, l’éducation prime à Yabassi avec son grand lycée moderne qui est d’ailleurs le plus grand du pays comprenant un internat, un gymnase, des aménagements sportifs et des habitations pour le personnel administratif. Fort dans le domaine de l’éducation dans tout le Cameroun, la ville de Yabassi dispose de personnes compétentes pour pousser les jeunes à avoir de meilleurs résultats scolaires via des cours particuliers sous-forme de soutien scolaire en maths, physique ou chimie selon la difficulté de l’élève.

Ville vouée au tourisme, les meilleures escapades depuis Yabassi sont vers les îles de Bodiman et les berges du fleuve Nkam. Pour atteindre les îles ou se promener sur le fleuve, habitants et particuliers louent des bateaux pour le ferry et des voiliers pour profiter du nautisme vers le large. Pour se promener dans la ville, des locations véhicules et motos sont accessibles pour vous amener de l’aéroport à votre location vacances ou location de chambres jusqu’aux sites que vous découvrirez dans la ville.

L’économie de la ville de Yabassi

A Yabassi, la première source de revenue de la population est l’agriculture. La pratique se concentre sur la culture vivrière à savoir le macabo, le manioc, la patate douce, l’igname et la banane plantain. Avec la culture du palmier à huile qui s’est fait récemment à Yabassi, beaucoup d’annonces sur des petits boulots saisonniers sont accessibles dans la ville. Le secteur qui engage bon nombre de la population locale est le petit commerce. Viennent ensuite la pêche et la chasse qui demeurent encore des pratiques artisanales. Compte tenu de la richesse forestière de Yabassi, l’exploitation de cette richesse naturelle est en essor aujourd’hui grâce à la collaboration avec des firmes asiatiques pour le bois, les essences naturelles et l’hévéa.